Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Le Cantal en images
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
- -

Chris Art Création
des jouets en bois

- -
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


Conrad Poirier était un photographe québécois 


Conrad Poirier né à Montréal le 17 juillet 1912 mort le 12 janvier 1968 à Montréal-Ouest est un photographe autodidacte québécois, pionnier du photojournalisme au Québec, photographie de nombreuses personnalités québécoises connues.


1 - Voir



Photographe autodidacte, Poirier commence sa carrière en 19322. Grâce au Speed Graphic, un appareil qui utilise une pellicule 4 X 5, Poirier capte des images des événements sportifs et culturels de Montréal1. De plus, il photographie de nombreuses personnalités québécoises connues de l'époque1. Il est journaliste pigiste et vend ses photos aux grands quotidiens2 : The Gazette, Montreal Standard, La Patrie, La Presse1. Ses clients se recrutent parmi une trentaine de maisons de presse tant francophones qu'anglophones au Canada1.

La ville au quotidien
Sur trente années de métier, il inscrit sur du papier argenté le rythme de la ville de Montréal, alors à l'époque la métropole du Canada1. Poirier est photographe de tous les événements mondains. Il est dans la rue, dans les gradins des arénas de hockey3, au stade de Baseball, dans les meetings politiques électoraux, et ce sans les supports techniques du studio de photo2. Il cadre et enregistre sur pellicule la vitalité des montréalais dans leur vie quotidienne1. Les historiens d'art disent que Poirier fait de la photographie sociale avant l'heure2. La vision directe de l’œuvre de Poirier documente sur l'époque1.
Son œuvre est préservée dans le fonds Conrad Poirier à BAnQ Vieux-Montréal. Bibliothèque et Archives nationales du Québec conserve ainsi plus de 23 460 photographies : 22 921 négatifs sur pellicule et 539 épreuves n&b en plus de textes écrits par Poirier lui-même et des coupures de presse2. Fait cocasse : vers la fin des années 1990, environ 1 000 négatifs attribués à Conrad Poirier sont retrouvés par un hasard à la Cinémathèque québécoise, ayant sans doute été égarés2. À la suite de l'identification des négatifs par des spécialistes, la Cinémathèque québécoise les donne aux Archives nationales du Québec, devenue Bibliothèque et Archives nationales du Québec2.

Refus de la technique
Au cours de ses trente années de carrière photographique, Conrad Poirier n'est pas un assidu des studios et des dernières innovations techniques1. Il possède sa chambre noire et utilise toujours le même appareil 4 X 5 muni d'un porte négatif unique1: Poirier doit donc toujours planifier ses prises de vue1. Mais il manipule avec aisance ce type d'appareil et même en devient un maître.

Vie personnelle
Les historiens d'art possèdent peu d'information sur sa vie personnelle, si ce n'est une réputation d'excentricité2. Chez lui à Montreal-ouest, il collectionne les films américains, les disques de jazz et les magazines populaires1. Il construit au grenier de sa maison de Montreal-ouest, une salle de projection où il invite des amis et des collègues photographes1. Grâce à son souci du classementN 1, son œuvre photographique a pu être conservée2.
Poirier semble avoir délaissé la photographie au cours des dernières années de sa vie. Souffrant d'obésité, il meurt dans la pauvreté et la misère humaine, le 12 janvier 1968 à Montréal-Ouest, à l'âge de 55 ans2. Son décès serait dû à une thrombose coronarienne athérosclérose4.

Honneurs et distinctions
Les lieux de divertissement populaire des Montréalais (le Parc Belmont, le Stade Delorimier, les foules du Forum de Montréal, les soirées au chalet de la Montagne sur le Mont-Royal, les plages publiques de l'Île Sainte-Hélène et de Ville Lasalle), font l'objet de plusieurs reportages photographiques de Poirier dans lesquels il se mérite de nombreux prix1: Grand prix national Canadien, Prix de la Presse Canadienne, Prix de l'association des photographes du Canada2.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-


Chris Art, création
artisanale
de jouets en bois


-




-

Page précédente


Les partenaires : Chris Art, création et fabrication de jouets en bois - Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -