En noir et blanc, les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.
Souvent perchés sur leur éperon rocheux, les châteaux dominent les vallées et offrent de superbes panoramas sur les alentours.

Les anciens châteaux d'Auvergne - Dans le Cantal, l'Allier, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme.










Accueil,
les châteaux d'Auvergne

Les vieux chateaux
Les anciens châteaux d'Auvergne
Dans le Cantal
Les châteaux :
- D'Alleuze
- D'Anjony
- D'Anterroches
- D'Apchon
- D'Aubijoux
- D'Aurouze
- D'Auzers
- D'Entraygues
- D'Escorailles
- D'Estang
- D'Estresses
- D'Oeillet
- D'Olmet
- D'Oyez
- D'Oze
- D'Ytrac
- De Bassignac
- De Bélinay
- De Berbezou
- De Bournazel
- De Branzac
- De Broussette
- De Caillac
- De Carbonat
- De Carlat
- De Celles
- De Chambres
- De Chanterelle
- De Chavagnac
- De Clavières à Polminhac
- De Clavières-Ayrens
- De Clavières à Velzic
- De Cologne
- De Cols
- De Comblat
- De Combrelles
- De Conros
- De Courbelimagne
- De Courdes
- De Couzan
- De Crèvecœur
- De Cropières
- De Fabrègues
- De Fargues
- De Faussanges
- De Ferluc
- De Fontenille
- De Fortuniers
- De Frayssinet
- De Jarriges
- De Jarrousset
- De la Bohal
- De la Bontat
- De la Borie
- De la Chassagne
- De la Cheyrelle
- De la Clidelle
- De la Force
- De la Garde
- De la Grillère
- De la Jordanie
- De la Mothe
- De la Pierre
- De la Ribe
- De la Roche
- De la Trémolière
- De la Vigne
- De la Voulte
- De Laborie
- De Lalaubie
- De Lamartinie
- De Lescure
- De Ligonnès
- De Longevergne
- De Madic
- De Mardogne
- De Marzes
- De Mazerolles
- De Messilhac
- De Montal
- De Montbrun
- De Montfort
- De Montsalvy
- De Murat
- De Naucase
- De Palmont
- De Parlant
- De Pesteils
- De Roffiac
- De Ruynes
- De Saint-Chamant
- De Saint-Etienne-de-Chomeil
- De Saint-Gal
- De Salles
- De Sédaiges
- De Sénergues
- De Sourniac
- De Trancis
- De Val
- De Valens
- De Varillettes
- De Viescamp
- De Vigouroux
- De Vixouze
- Des Ternes
- Du Chassan
- Du Claux
- Du Couffour
- Du Doux
- Du Sailhant
- Du Trioulou
- Fort de Leybros
- Marguerite
- Ol Puech
- Saint-Etienne
Dans la Haute-Loire
Dans le Puy-De-Dôme
Et dans l'Allier
- - -
Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -

- - -

Les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.


Le château de Saint-Étienne-de-Chomeil, à Saint-Étienne-de-Chomeil dans le département du Cantal.




Construction
XIV èm siècle
Commune
Saint-Étienne-de-Chomeil

Le château dont la partie la plus ancienne remonte au xive siècle, a été modifié et agrandi au xviie siècle, et plus tardivement pour les intérieurs, il conserve sa vieille cuisine du xive siècle, le parc à l'anglaise a été créé en 1900, avec des arbres remarquables, cadrans solaire et canonial.


Histoire

En fait, une « maison de maître », entourée d’une cour et d’un jardin, existait déjà au Xe siècle, comme en témoigne un document de 917, mais ce n’est qu’en 1371 que l’on trouve à nouveau mention d’une maison dont tout montre qu’elle a été intégrée dans le bâtiment existant aujourd’hui.

Nous sommes alors en pleine guerre de Cent Ans, et une bande « anglo-gasconne » prend et incendie le château qui existait alors sur le rocher situé entre le village de Neuvialle et la route actuelle, la famille de Dienne, qui possédait la seigneurie établie sur Neuvialle et Saint-Etienne, décide alors d’abandonner Neuvialle et de se fixer sur St Etienne, dans la « maison haute et basse » qu’elle y possédait.

Compte tenu de l’expérience vécue à Neuvialle, on peut comprendre que la famille de Dienne ait cherché à se protéger non seulement en quittant la vallée mais encore en renforçant les moyens de défense de sa position de repli.

La « maison haute et basse » devait se composer à l’origine d’un corps de logis, dont on accédait aux différents étages, cave, salle, chambre et combles par un escalier à vis situé dans une tour, la tour Sud et d’une partie basse où se trouvaient la cuisine et la porte d’accès à l’ensemble, contrôlée par la tour.

La cheminée de cette cuisine est typique du XIVe siècle et cette tour également, les accès aux différents niveaux se font de biais à partir de l’escalier de la tour, située à l’angle Sud-Est du corps de logis principal, on peut supposer que fut alors ajoutée la tour Nord-Ouest, pour contrôler les arrivées de la vallée, les deux tours ont des éléments en tuf et des meurtrières de tir, que l’on ne retrouve pas sur la tour Nord-Est.

En 1549, la seigneurie fut acquise par Joachim de Chabannes, son petit-fils la revendit, le 14 novembre 1607, à Jean Dubois, argentier ordinaire du prince de Condé, originaire de Soleilladour, entre St Etienne et Menet, et petit-fils de Gabrielle de Dienne, à partir de ce retour dans la lignée des Dienne, elle restera dans la même famille.

Jean Dubois, devenu seigneur de Saint-Etienne, surélève la partie basse, comme en témoignent les pierres d’angle de la partie supérieure, en pierres taillées de Menet, alors que les pierres d’angle du rez-de-chaussée de cette partie sont en gros moellons, la pierre de Menet est également utilisée pour les mâchicoulis de la tour ajoutée au Nord-Est pour équilibrer la façade Nord devenue façade principale, on y ouvre d’ailleurs une porte d’entrée plus digne d’un château que la précédent.

Des adjonctions et embellissements se sont succédé depuis, sans que l’on puisse toujours les dater; les petits corps de bâtiment ajoutés semblent dater du XVIIIe, comme le porche daté de 1740, et sans doute les cadrans solaires, les fenêtres ont été agrandies sous l’Empire, comme en témoignent les ferronneries, au moment où la famille de Saint-Etienne a abandonné Val, acquis en 1778.

D’ailleurs la grange-écurie de la Roche est datée de 1808 et l’on sait que la cloche de la chapelle de Val a rejoint le clocher de St Etienne en 1806, vers 1900, des fenêtres ont été créées dans la toiture, et l’on a ajouté des supports de pierre autour de la toiture du corps de logis principal, rappelant les mâchicoulis des tours.

Un parc « à l’anglaise » a été dessiné à la place des deux enclos existants et ses arbres ont complété les deux tilleuls « sully », plantés au début du XVIIe de chaque côté de la nouvelle entrée.

Les deux tilleuls d’origine ont disparu, l’un entre les deux guerres et l’autre en 2000, du parc « à l’anglaise » d’origine datent le sequoïa, le cèdre, deux sapins, un tilleul et quatre épicéas.

La dernière des Saint-Etienne a épousé Raoul de Malet en 1857, leur fille a épousé Henri de Douhet et leur fils a légué la propriété à ses neveux de Tessières, qui ont pris en 1993 la suite de cette déjà longue histoire.

La baronnie de St-Etienne, dont ce château a été le chef-lieu, a appartenu primitivement à la maison de Mardogne, dauphiné de Bréon, fille de Morin, seigneur de Mardogne, la porta avec la terre de Neuvialle, ou plutôt de Neuville, qui en était dépendante, dans la famille de Dienne, par son mariage avec Amblard de Dienne, qui eut lieu en 1350.

En 1434, Louis de Dienne, chambellan de Charles VII, la vendit, sous pacte de rachat et moyennant onze cents écus d'or, à Louis de Fleurac, mais il parvint dans la suite à la dégager par le remboursement de cette somme.

Plus tard, la propriété d'une partie de cette terre passa à la famille d'Anglards, par suite du mariage de Louise de Dienne avec Pierre d'Anglards, et le reste fut vendu aux sieurs Salvy, Michaux et de Septchat, bourgeois de Besse, mais elle fut réunie de nouveau en 1549 et acquise par la maison de Chabanes.

En 1607, Jacques de Chabanes la céda à Antoine du Chatelet, pour la somme de 10,000 Iiv., en en exceptant toutefois les villages de Redon et de Clavières qu'il avait déjà vendus à la famille Dubois.

Enfin, peu de temps après, cette dernière famille devint propriétaire de la totalité de cette terre dont elle prit le nom et qu'elle possède encore.














-

-
Page précédente



Les partenaires : Liste des châteaux du Cantal - Les plus beaux châteaux dans le Cantal -

Châteaux du département du Cantal - Châteaux et Monuments du Cantal - Liste des châteaux du Cantal - Généanet Cartes postales -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Les vieux chateaux d'Auvergne. Contact Hébergeur : ovh.com
- -