En noir et blanc, les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.
Souvent perchés sur leur éperon rocheux, les châteaux dominent les vallées et offrent de superbes panoramas sur les alentours.

Les anciens châteaux d'Auvergne - Dans le Cantal, l'Allier, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme.










Accueil,
les châteaux d'Auvergne

Les vieux chateaux
Les anciens châteaux d'Auvergne
Dans le Cantal
Les châteaux :
- D'Alleuze
- D'Anjony
- D'Anterroches
- D'Apchon
- D'Aubijoux
- D'Aurouze
- D'Auzers
- D'Entraygues
- D'Escorailles
- D'Estang
- D'Estresses
- D'Oeillet
- D'Olmet
- D'Oyez
- D'Oze
- D'Ytrac
- De Bassignac
- De Bélinay
- De Berbezou
- De Bournazel
- De Branzac
- De Broussette
- De Caillac
- De Carbonat
- De Carlat
- De Celles
- De Chambres
- De Chanterelle
- De Chavagnac
- De Clavières à Polminhac
- De Clavières-Ayrens
- De Clavières à Velzic
- De Cologne
- De Cols
- De Comblat
- De Combrelles
- De Conros
- De Courbelimagne
- De Courdes
- De Couzan
- De Crèvecœur
- De Cropières
- De Fabrègues
- De Fargues
- De Faussanges
- De Ferluc
- De Fontenille
- De Fortuniers
- De Frayssinet
- De Jarriges
- De Jarrousset
- De la Bohal
- De la Bontat
- De la Borie
- De la Chassagne
- De la Cheyrelle
- De la Clidelle
- De la Force
- De la Garde
- De la Grillère
- De la Jordanie
- De la Moissétie
- De la Morétie
- De la Mothe
- De la Pachevie
- De la Pierre
- De la Plaze
- De la Prade
- De la Ribe
- De la Roche
- De la Roquenatou
- De la Trémolière
- De la Vigne
- De la Voulte
- De Labeau
- De Laborie
- De Lacam
- De Lachau
- De Lalaubie
- De Lamargé
- De Lamartinie
- De Laroque
- De Lascanaux
- De Lavendès
- De Lescure
- De Leybros
- De Ligonnès
- De Longevergne
- De Lugarde
- De Madic
- De Mardogne
- De Marzes
- De Massebeau
- De Mazerolles
- De Mercoeur
- De Merle
- De Messac Laroquebrou
- De Messac Reilhac
- De Messilhac
- De Miremont
- De Montal-lez-Arpajon
- De Montal
- De Montbrun
- De Montfort
- De Montlogis
- De Montsalvy
- De Montvallat
- De Murat-La-Rabbe
- De Murat
- De Naucase
- De Nozières-Soubro
- De Palmont
- De Parlant
- De Pénières
- De Pesteils
- De Peyrelade
- De Peyrusse
- De Pompignac
- De Pruns
- De Ragheaud
- De Reghaud
- De Rochebrune
- De Rochegonde
- De Rochemaure
- De Roffiac
- De Ruynes
- De Saint-Angeau
- De Saint-Chamant
- De Saint-Etienne-de-Chomeil
- De Saint-Gal
- De Saint-Pol de Nozières
- De Salles
- De Sédaiges
- De Sénergues
- De Solignac
- De Sourniac
- De Stalapos
- De Thinières
- De Trancis
- De Trémoulet
- De Turlande
- De Val
- De Valens
- De Vals
- De Varillettes
- De Vernières
- De Veyrières
- De Vieillevie
- De Viescamp
- De Vigouroux
- De Vixouze
- Des Huttes
- Des Ternes
- Du Poux
- Du Cambon
- Du Chassan
- Du Claux
- Du Couffour
- Du Doux
- Du Sailhant
- Du Trioulou
- Fort de Leybros
- Marguerite
- Ol Puech
- Saint-Etienne
Dans la Haute-Loire
Dans le Puy-De-Dôme
Et dans l'Allier
- - -
Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -

- - -

Les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.


Le château de Rochegonde, à Neuvéglise dans le département du Cantal.



Construction
XIII èm siècle
Commune
Neuvéglise

Rochegonde, village où l'on voit encore les ruines d'un château, sur le ruisseau de ce nom, à l'ouest de Neuvéglise, il y avait, en 1690, une chapelle sous l'invocation de sainte Barbe, comme celle de Fressanges.


HIstoire

« C'était, dit Audigier, une seigneurie considérable, il y avait autrefois deux châteaux, l'un nommé Valeilhes, et l'autre Rochegonde, plus tard ils furent unis, et le dernier nom a prévalu sur l'autre. »

Nous avons vu que les seigneurs les plus anciennement connus portaient le nom de Valeilhes, et que cette terre passa à la maison de Lastic par le mariage, en 1228, d'Alix de Valeilhes avec Bompar Ier de Lastic, cette seigneurie resta dans cette maison jusqu'à la fin du XVI° siècle, comme nous le dirons, où elle fut portée dans la maison de La Guiche, puis à celle de Larochefoucauld, comte de St-Ilpize, à l'exception d'une portion que François, frère de Gaston, donna, avant 1684, à Claude l'Huillier d'Orcières, contrôleur général de la connétablie de Bordeaux, dont les descendants la possédaient encore en 1780.

La portion restée aux comtes de St-Ilpize revint au comte de Lastic de Fournel, en 1738, du chef de Marie-Madeleine-Simone de Larochefoucauld-Lanjac, mariée à Hyacinthe de Lastic, Jean-Antoine de Lastic, maréchal de camp, seigneur d'Allanche, son fils, en jouissait en 1789.

Bompar 1er de Lastic fut donc le premier de sa maison qui prit possession de Rochegonde, sa seigneurie resta sans mutation jusqu'en 1472, où la branche directe s'éteignit et qui mourut n'ayant eu que des filles.

Pons de Lastic, frère de Draguinet, reprit la descendance, Jean Roux était alors capitaine et bailli de Rochegonde, Jean Roux, par ordre de Draguinet, remit à Pons les clés du château et de la forteresse, et lui ouvrit les portes du château.

Anne de La Fayette, femme de Louis de Lastic, étant devenue veuve, par accord avec ses enfants, prit possession, le 29 juillet 1522, de la terre et château de Rochegonde, pour son douaire, avec les meubles et autres appartenances et dépendances, ensemble la somme de 200 livres tournois à prendre sur ce mandement.


Rochegonde suivit le sort de Valeilhes et passa dans les familles de Foix, de La Guiche et de Larochefoucauld-Langeac, cette terre fut partagée en trois, en 1650, savoir un tiers à Louis de Larochefoucauld, père de Mme de Rochegonde, qui épousa M. du Gibertès, un autre tiers à M. Henri-Gaston de Larochefoucauld St-Ilpize, et l'autre tiers advint, comme nous venons de le voir, par François, frère d'Henri-Gaston de Larochefoucauld, à Claude d'Orcières.

Henri Gaston mourut en laissant un fils, Jean-Antoine de St-Ilpize, âgé de quatre mois, il eut pour tuteur M. de Bournoncle, son oncle, le bien de M. de St-Ilpize se trouva chargé de certaines dettes passives, lès créanciers voulant sans doute être payés, pressèrent le tuteur qui, n'ayant pas d'argent, donna en paiement du bien de son pupille, aux enfants de feue Mme de Rochegonde, épouse de M. du Gibertès.

M. de St-Ilpize étant devenu majeur, obtint un arrêt du parlement de Paris, qui lui permit de rentrer dans ses biens en payant les créances, a l'aide de cet arrêt, il paya tous les créanciers en billets de banque qu'il emprunta, à l'exception de Mlle de Neuvéglise, fille de Mme de Rochegonde et sœur des autres créanciers.

Jacques de Lastic, fils de Thibaud et de Jeanne Var, non mariés, dont il a été parlé, releva noblement par ses brillants services et ses talents militaires ce que sa naissance avait d'incorrect, capitaine d'une compagnie de cent arquebusiers, il se distingua au siége de La Rochelle, et après la soumission de cette place, il fut légitimé et anobli par le roi.

Thibaud, son père, tout en transmettant la seigneurie et le château de Rochegonde à Françoise, sa fille, réserva pour Jacques, dans les dépendances de Rochegonde, des possessions qui lui assuraient une existence honorable, ces possessions, jointes à son grand mérite, firent que Jacques contracta une alliance avec l'une des familles les plus haut placées du pays.

Il épousa Marie d'Apchier, dame de Haute ville, héritière de cette branche, et elle lui porta en dot la terre et château de Fournel, en Gévaudan, que leurs descendants possèdent encore, il en eut quatre fils, dont l'aîné et le quatrième reçurent le prénom de Philibert.

Philibert, son fils aîné, fut aussi un homme recommandable, il devint gentilhomme de la chambre du roi et commissionné pour le tour des Etats du Languedoc, il résida a Fournel.

L'autre Philibert continua à résider à Rochegonde, dont il était coseigneur, Joseph, son fils, avait épousé Marguerite de Pontaut, la branche de Rochegonde provint de ce mariage, puissante dame Marguerite de Pontaut reçut de Catherine Besson, habitante de Rochegonde, donation de tous ses biens présents et à venir, sans en rien retenir qu'une pension viagère de 2 septiers de seigle, 3 livres de beurre, 8 livres de lard, sa résidence dans le bas de sa maison, le tout eu cas d'incompatibilité, une robe de laine pour l’hivernie, de trois en trois ans.

Dans cet acte, Marguerite de Pontaut déclare qu'elle est dans l'incertitude de savoir si son mari est en vie ou non, l'ayant abandonnée depuis deux ou trois ans sans lui laisser rien pour vivre, il parait, que pour soulager sa détresse, M. de Larochefoucauld-Langeac lui concéda une part des produits de Rochegonde.

Cette deuxième branche de Lastic de Rochegonde résida dans cette localité jusqu'en 1780 environ, où M. de Tremolière, curé de Notre-Dame de Bordeaux, attira ses neveux de Lastic dans cette ville, où leur descendance est restée fixée, cette branche des Lastic de Rochegonde est représentée aujourd'hui par M. Alfred-Louis-Guillaume, capitaine de frégate, chevalier de la Légion-d'Honneur, dernier des Fournel.

Le 30 septembre 1693 furent tenues à Rochonge les assises générales de ce comté, plusieurs défenses furent faites à ses vassaux, et entre autres celle de jurer et blasphémer le nom de Dieu, ni d'aucun saint ou sainte du paradis, à peine, la première fois, de 3 livres d'amende, la deuxième, de punition corporelle, et si l'on renouvelle le délit, suivant les ordres royaux, on aura la langue percée avec un fer chaud, au nombre des vassaux sont cités, les seigneurs de Montvallat, d'Espinchal et le chapitre noble de St-Flour.

Vers 1560, le château de Rochegonde fui fortifié à cause des guerres civiles, et, en 1580, on y avait placé un canon, les religionnaires ne s'en emparèrent pas moins en 1594.

La baronnie de Rochegonde fut délaissée en jouissance, le 7 juin 1538, par Thibaud, à Louis de Lastic, grand prieur d'Auvergne.

Dans une rencontre, Gérard Gondonnet, capitaine de Rochegonde, fit prisonnier Aymérigot-Marcheix, et ne lui rendit la liberté que moyennant une rançon de 5,000 livres.

Le sieur de Lastic, dit le président de Vernyes, possède une maison très-forte à Rochegonde, en laquelle il y a une pièce de canon moyenne.

Rochegonde, dit-il plus loin, est du nombre des forteresses quasi imprenables, tenues par les ennemis du roi, si vous y venez forts, vous y êtes combattus par la nécessité et âpreté du pays, et par l'incommodité que ces châteaux vous donnent, le canon ne peut rouler et doit passer par des détroits ou deux cents hommes en déferont dix mille, et vous ne pouvez y camper plus de quatre mois, si on y va faible, on est battu car ils peuvent être secourus.

Quant à la famille l'Huillier d'Orcières, coseigneur de Rochegonde, par donation de Jean-Joseph de Larochefoucauld, de 1757, elle habitait le château de la Chaumette.

Vers 1780, M. Vigières Desfarges acquit les deux-tiers de Rochegonde, ils subirent les confiscations révolutionnaires, les ruines du principal château appartiennent en ce moment à Mme Creuzet, sa petite-fille, dont le mari est député.














-

-
Page précédente



Les partenaires : Liste des châteaux du Cantal - Les plus beaux châteaux dans le Cantal -

Châteaux du département du Cantal - Châteaux et Monuments du Cantal - Liste des châteaux du Cantal - Généanet Cartes postales -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Les vieux chateaux d'Auvergne. Contact Hébergeur : ovh.com
- -