En noir et blanc, les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.
Souvent perchés sur leur éperon rocheux, les châteaux dominent les vallées et offrent de superbes panoramas sur les alentours.

Les anciens châteaux d'Auvergne - Dans le Cantal, l'Allier, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme.










Accueil,
les châteaux d'Auvergne

Les vieux chateaux
Les anciens châteaux d'Auvergne
Dans le Cantal
Les châteaux :
- D'Alleuze
- D'Anjony
- D'Anterroches
- D'Apchon
- D'Aubijoux
- D'Aurouze
- D'Auzers
- D'Entraygues
- D'Escorailles
- D'Estang
- D'Estresses
- D'Oeillet
- D'Olmet
- D'Oyez
- D'Oze
- D'Ytrac
- De Bassignac
- De Bélinay
- De Berbezou
- De Bournazel
- De Branzac
- De Broussette
- De Caillac
- De Carbonat
- De Carlat
- De Celles
- De Chambres
- De Chanterelle
- De Chavagnac
- De Clavières à Polminhac
- De Clavières-Ayrens
- De Clavières à Velzic
- De Cologne
- De Cols
- De Comblat
- De Combrelles
- De Conros
- De Courbelimagne
- De Courdes
- De Couzan
- De Crèvecœur
- De Cropières
- De Fabrègues
- De Fargues
- De Faussanges
- De Ferluc
- De Fontenille
- De Fortuniers
- De Frayssinet
- De Jarriges
- De Jarrousset
- De la Bohal
- De la Bontat
- De la Borie
- De la Chassagne
- De la Cheyrelle
- De la Clidelle
- De la Force
- De la Garde
- De la Grillère
- De la Jordanie
- De la Moissétie
- De la Morétie
- De la Mothe
- De la Pachevie
- De la Pierre
- De la Plaze
- De la Prade
- De la Ribe
- De la Roche
- De la Roquenatou
- De la Trémolière
- De la Vigne
- De la Voulte
- De Labeau
- De Laborie
- De Lacam
- De Lachau
- De Lalaubie
- De Lamargé
- De Lamartinie
- De Laroque
- De Lascanaux
- De Lavendès
- De Lescure
- De Leybros
- De Ligonnès
- De Longevergne
- De Lugarde
- De Madic
- De Mardogne
- De Marzes
- De Massebeau
- De Mazerolles
- De Mercoeur
- De Merle
- De Messac Laroquebrou
- De Messac Reilhac
- De Messilhac
- De Miremont
- De Montal-lez-Arpajon
- De Montal
- De Montbrun
- De Montfort
- De Montlogis
- De Montsalvy
- De Montvallat
- De Murat-La-Rabbe
- De Murat
- De Naucase
- De Nozières-Soubro
- De Palmont
- De Parlant
- De Pénières
- De Pesteils
- De Peyrelade
- De Peyrusse
- De Pompignac
- De Pruns
- De Ragheaud
- De Reghaud
- De Rochebrune
- De Rochegonde
- De Rochemaure
- De Roffiac
- De Ruynes
- De Saint-Angeau
- De Saint-Chamant
- De Saint-Etienne-de-Chomeil
- De Saint-Gal
- De Saint-Pol de Nozières
- De Salles
- De Sédaiges
- De Sénergues
- De Solignac
- De Sourniac
- De Stalapos
- De Thinières
- De Trancis
- De Trémoulet
- De Turlande
- De Val
- De Valens
- De Vals
- De Varillettes
- De Vernières
- De Veyrières
- De Vieillevie
- De Viescamp
- De Vigouroux
- De Vixouze
- Des Huttes
- Des Ternes
- Du Poux
- Du Cambon
- Du Chassan
- Du Claux
- Du Couffour
- Du Doux
- Du Sailhant
- Du Trioulou
- Fort de Leybros
- Marguerite
- Ol Puech
- Saint-Etienne
Dans la Haute-Loire
Dans le Puy-De-Dôme
Et dans l'Allier
- - -
Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -

- - -

Les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.


Le château de Montvallat, à Chaudes-Aigues dans le département du Cantal.




Type
Chateau
Début construction
XVI èm siècle
Fin construction
XVII èm siècle
Propriétaire actuel
Famille Royer
Protection
Inscrit MH en 2000
Commune
Chaudes-Aigues

Le château de Montvallat, une maison forte du 14e siècle, reconstruite au 16e siècle.


Description du château

Situé dans le Cantal sur la commune de Chaudes-Aigues et aux bords des gorges de la Truyère, dans un site isolé et préservé, le château de Montvallat a été classé parmi les Monuments Historiques en totalité, intérieur comme extérieur, au motif qu’il présente au point de vue de l’histoire et de l’art un intérêt public.

Montvallat est l’un des rares monuments historiques d’Auvergne à être totalement pur et authentiquement de son époque, conforme au plan d’intention du XVIème siècle et sans ajouts ou remaniements postérieurs au XVIIème siècle.

Le plan du château de Montvallat s’inscrit à peu près dans un carré de 35 mètres de côté, l e donjon féodal attribuable à Louis de Montvallat, alors bailli des Montagnes d’Auvergne, seul bâtiment subsistant du début du XVème siècle avec un châtelet d’entrée séparé, constitue l’aile ouest dans l’ensemble des quatre ailes en retour d’équerre circonscrivant la cour intérieure centrée, de plan presque carré.

Les trois autres ailes qui constituent aujourd’hui le principal du château et qui se sont raccordées au donjon à partir de la seconde moitié du XVIème siècle sont d’une construction massive en granit de Lozère avec, dans l’intention initiale, une échauguette en encorbellement à chaque angle, ces trois ailes auraient été totalement couronnées par un chemin de ronde sur mâchicoulis.

Par contre la transformation en ferme au début du XIXème siècle des ailes ouest, est et nord du château a amené des dégradations importantes, effondrement du chemin de ronde, de son échauguette et du deuxième étage de l’aile est lors du percement d’ouvertures pour les besoins de l’exploitation agricole, altération ou suppression de décors muraux, sur poutres et sur entrevous des XVIe et XVIIe siècle dans la moitié de l’aile est, l’aile sud servant d’habitation aux fermiers n’a pas été plus épargnée.

Lorsque la famille Royer a acquis le château de Montvallat, il y a plus d’une vingtaine d’année et l’a peu à peu sorti du fermage, celui-ci était dans un état qui préludait à une disparition certaine.

L’architecture de l’édifice est extérieurement assez sévère pour un bâtiment du XVIème siècle, il ne présage pas de l’existence, dans trois pièces du 1er étage des ailes sud et est, d’un important décor sur lambris et poutres, unique en Auvergne.

Ces décors raffinés que personne ne s’attend à trouver dans ces lieux isolés et d’accès difficiles datent de la fin du XVIème et du début du XVIIème siècle, ils sont consacrés aux « amours des dieux » contés par les Métamorphoses d’Ovide et à la chasse et se réfèrent à deux courants stylistiques distincts : celui de l’Ecole de Fontainebleau fin XVIème d’une part et du baroque naissant début XVIIème d’autre part.

Chacune de ces trois pièces à sa particularité :

- La pièce de Vénus et Adonis de 38 m².

- Le Cabinet dit des Métamorphoses d’Ovide, petite pièce voutée de 9 m², totalement recouvert de lambris peints aux couleurs étonnamment fraiches lesquels portent plusieurs dizaines de scènes des Métamorphoses, de chasse ou de paysages, il a été restauré en 2014 notamment grâce à un prix de la fondation américaine French Heritage Society.

- La pièce dite féodale, sur toute l’aile est de 250 m², a des décors muraux très anciens, d'autres plus récents sur poutres de grotesques avec guirlandes de fruit de la première moitié du XVIème, ainsi que dans les entrevous des scènes des "misères de la guerre" à la façon de Jacques Callot, ces dernières commandées par un Montvallat à son retour de la guerre de trente ans.

De cette pièce seule la moitié des décors dans la partie sud de l’aile reste, l’exploitation agricole ayant détruit l’autre moitié lors de l’effondrement dont elle fut responsable


Histoire

Maison forte du 14e siècle, reconstruite au 16e siècle, attaquée pendant les guerres de religion et incendiée en 1610, Montvallat fut en grande partie reconstruit et fortifié à partir de 1612 par François II, comte de Montvallat, le château forme un quadrilatère, caractérisé par la structure de ses murs, gros blocs de granit et parement de lave de Volvic, un chemin de ronde à mâchicoulis établi au-dessus des façades joint deux échauguettes couvertes en poivrière.

Le corps de logis principal, au sud, sert d'habitation, les autres parties d'exploitation rurale, dans la première moitié du 17e siècle, vers 1630, fut réalisé un décor peint italianisant sur panneaux inspiré de gravures contemporaines, d'une finesse étonnante pour une demeure aussi austère : décors de fleurs, feuillages et fruits, scènes mythologiques, petits paysages...

Les premiers documents mentionnant les Montvallat dans le Caldaguès, région de Chaudes-Aigues datent de 1223, ceux-ci s'éteignent au Château de Montvallat au milieu du XVIIIème siècle.

Cette famille, de noblesse immémoriale, fut l'une des plus illustres de Haute Auvergne, bénéficiant d'un fief considérable s'étendant sur les gorges de la Truyère, elle acquit également au XVIème et XVIIème siècles la co-seigneurie de Chaudes-Aigues.

Initialement, la Baronnie de Chaudes-Aigues était tenue dès la fin du Xème siècle par la famille de Saint Urcize qui la tenait des Comtes de Toulouse puis elle abrita deux co-seigneurs :

- la première co-seigneurie vint à la famille de Canilhac, c'est cette co-seigneurie qui vint au XVIème siècle dans la famille de Montvallat,

- la deuxième co-seigneurie vint à la famille de Peyre, considérable famille du Gevaudan qui à son tour l'apporta aux Severac par alliance, cette co-seigneurie passa après aux d'Armagnac qui la cédèrent aux Bourbon-Malause, branche bâtarde des Bourbons avec laquelle les Montvallat eurent des alliances.

Parmi les Montvallat qui ont marqué soit l'histoire de France soit l'histoire du Château, il faut noter :

- Louis de Montvallat (+1444) lié à la famille d'Armagnac est nommé Bailli des Montagnes par Charles VII, le Roi de Bourges de 1418 à 1430.

- François 1er de Montvallat, vit au XVIème siècle, représentant du parti catholique et distingué par Charles IX voit le château de Montvallat occupé et mis à sac par le parti protestant de Théodore de Bèze en mars 1585.

- François II de Montvallat dont la famille est alors au faîte de la puissance, restaura le Château ravagé en 1610 par un incendie, c'est à lui que nous devons la plupart des décors

- Charles de Montvallat, également baron de Tournoël, se voit condamné en 1665 pour abus de droit féodal par le tribunal extraordinaire institué à Clermont-Ferrand par Louis XIV et que l'histoire a retenu sous l'appelation de "Tribunal des grands jours d’Auvergne ».

Dès lors la décadence commence jusqu’à la disparition du nom, vendu au XIXème à des notables de St Flour qui le transforment en ferme, le château commence lui sa descente aux enfers jusqu’à presque disparaître.


Site wikipedia, Château de Montvallat à Chaudes-Aigues.














-

-
Page précédente



Les partenaires : Liste des châteaux du Cantal - Les plus beaux châteaux dans le Cantal -

Châteaux du département du Cantal - Châteaux et Monuments du Cantal - Liste des châteaux du Cantal - Généanet Cartes postales -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Les vieux chateaux d'Auvergne. Contact Hébergeur : ovh.com
- -