En noir et blanc, les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.
Souvent perchés sur leur éperon rocheux, les châteaux dominent les vallées et offrent de superbes panoramas sur les alentours.

Les anciens châteaux d'Auvergne - Dans le Cantal, l'Allier, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme.










Accueil,
les châteaux d'Auvergne

Les vieux chateaux
Les anciens châteaux d'Auvergne
Dans le Cantal
Les châteaux :
- D'Alleuze
- D'Anjony
- D'Anterroches
- D'Apchon
- D'Aubijoux
- D'Aurouze
- D'Auzers
- D'Entraygues
- D'Escorailles
- D'Estang
- D'Estresses
- D'Oeillet
- D'Olmet
- D'Oyez
- D'Oze
- D'Ytrac
- De Bassignac
- De Bélinay
- De Berbezou
- De Bournazel
- De Branzac
- De Broussette
- De Caillac
- De Carbonat
- De Carlat
- De Celles
- De Chambres
- De Chanterelle
- De Chavagnac
- De Clavières à Polminhac
- De Clavières-Ayrens
- De Clavières à Velzic
- De Cologne
- De Cols
- De Comblat
- De Combrelles
- De Conros
- De Courbelimagne
- De Courdes
- De Couzan
- De Crèvecœur
- De Cropières
- De Fabrègues
- De Fargues
- De Faussanges
- De Ferluc
- De Fontenille
- De Fortuniers
- De Frayssinet
- De Jarriges
- De Jarrousset
- De la Bohal
- De la Bontat
- De la Borie
- De la Chassagne
- De la Cheyrelle
- De la Clidelle
- De la Force
- De la Garde
- De la Grillère
- De la Jordanie
- De la Moissétie
- De la Morétie
- De la Mothe
- De la Pachevie
- De la Pierre
- De la Plaze
- De la Prade
- De la Ribe
- De la Roche
- De la Roquenatou
- De la Trémolière
- De la Vigne
- De la Voulte
- De Labeau
- De Laborie
- De Lacam
- De Lachau
- De Lalaubie
- De Lamargé
- De Lamartinie
- De Laroque
- De Lascanaux
- De Lavendès
- De Lescure
- De Leybros
- De Ligonnès
- De Longevergne
- De Lugarde
- De Madic
- De Mardogne
- De Marzes
- De Massebeau
- De Mazerolles
- De Mercoeur
- De Merle
- De Messac Laroquebrou
- De Messac Reilhac
- De Messilhac
- De Miremont
- De Montal-lez-Arpajon
- De Montal
- De Montbrun
- De Montfort
- De Montlogis
- De Montsalvy
- De Montvallat
- De Murat-La-Rabbe
- De Murat
- De Naucase
- De Nozières-Soubro
- De Palmont
- De Parlant
- De Pénières
- De Pesteils
- De Peyrelade
- De Peyrusse
- De Pompignac
- De Pruns
- De Ragheaud
- De Reghaud
- De Rochebrune
- De Rochegonde
- De Rochemaure
- De Roffiac
- De Ruynes
- De Saint-Angeau
- De Saint-Chamant
- De Saint-Etienne-de-Chomeil
- De Saint-Gal
- De Saint-Pol de Nozières
- De Salles
- De Sédaiges
- De Sénergues
- De Solignac
- De Sourniac
- De Stalapos
- De Thinières
- De Trancis
- De Trémoulet
- De Turlande
- De Val
- De Valens
- De Vals
- De Varillettes
- De Vernières
- De Veyrières
- De Vieillevie
- De Viescamp
- De Vigouroux
- De Vixouze
- Des Huttes
- Des Ternes
- Du Poux
- Du Cambon
- Du Chassan
- Du Claux
- Du Couffour
- Du Doux
- Du Sailhant
- Du Trioulou
- Fort de Leybros
- Marguerite
- Ol Puech
- Saint-Etienne
Dans la Haute-Loire
Dans le Puy-De-Dôme
Et dans l'Allier
- - -
Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -

- - -

Les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.


Le château de Lascanaux, à Aurillac dans le département du Cantal.




Construction
XVI èm siècle
Commune
Aurillac

Lascanaux, est un château en forme de T deux corps de logis un à deux niveaux avec lucarnes et accolé d'une tour ronde à toit en poivrières, le deuxième corps de logis formant la partie supérieur du T à trois niveaux.


Histoire

Le château de Lascanaux est situé à la sortie nord-ouest d’Aurillac, au croisement de la route qui relie Aurillac à Mauriac et de celle d'Aurillac à Tulle, le site est très légèrement vallonné et la demeure est construite au sommet d’une butte qui domine les pâturages environnants.

Le fief relève de la vicomté de Carlat et s’appelle La Moretie jusqu’au XVI e siècle, l’habitation primitive est bâtie un peu plus à l’est que l’actuel manoir, ce bâtiment est transformé en étable au XVIII e siècle et est détruit ultérieurement, les derniers possibles vestiges sont probablement démantelés lors de la création de la route départementale et de ses multiples remaniements.

Ce n’est qu’au début du XVIe siècle que le domaine prend le nom de Lascanaux, le château est terminé en 1517, le logis assez simple est rectangulaire et sa façade nord-est accueille en son centre une tour circulaire abritant un escalier en vis, la demeure est composée de deux niveaux, les combles ne sont éclairés que par une petite lucarne.

Le rez-de-chaussée est au niveau du sol du côté de la route, mais surélevé d’un peu plus d’un demi-étage sur la face qui ouvre sur le parc, de la fin de la construction de ce manoir jusqu’en 1640, Lascanaux appartient à la famille Vigier, à cette date il passe aux Du Laurent qui ont des liens de parenté avec les Vigier.

En 1784, le domaine est acquis par les Maisonobe, dont les descendants résident toujours à Lascanaux, le nom a toutefois changé, car le dernier Maisonobe, Henri, meurt dans son château en 1899 en ne laissant que deux filles, l’aînée, Joséphine épouse Louis Gaultry de Lestenou et hérite de Lascanaux, sa sœur cadette, Mathilde, devenue par son mariage madame Maurice Duquaire reçoit une autre propriété familiale, Caumont.

Probablement déconcerté par l’aspect rustique du manoir hérité de sa belle-famille, Louis de Lestenou, riche négociant venu de l’Yonne, décide de le réaménager pour en faire sa résidence secondaire, pour ce faire, il fait appel à un architecte de toute évidence très à la mode dans les milieux aisés des environs d’Aurillac, Émile Lemaigre, il veut agrandir la demeure, y apporter tout le confort souhaitable et lui donner une apparence plus luxueuse afin qu’il se distingue clairement des constructions et des fermes environnantes.

La tour centrale de la façade nord-est est démontée et reconstruite à l’angle sud, celui-ci est considérablement affaibli car il est percé de portes pour assurer l’accès à la petite pièce créée à chacun des trois étages de la tour, l’escalier qu’elle abritait jusque-là n’est pas remonté, c’est Cantournet qui se charge de construire l’escalier d’honneur au centre de l’habitation.

Le mur nord-est, laissé béant par la démolition de la tour, est colmaté, le trou est remplacé par un pan de mur, semble-t-il, plus épais et dont le traitement le distingue de l’ensemble, il est en légère avancée, rehaussé par une chaîne d’angle harpée présente à chaque extrémité, d errière ce mur, se développe l’escalier d’honneur, les fenêtres sont donc fort logiquement placées au niveau des repos à mi-étage.

Ces baies sont hautes et étroites et divisées par un épais croisillon en pierre, les murs du manoir sont recouverts d’un parement clair qui imite un appareil régulier en grandes pierres de taille, mais les pierres des parties neuves sont laissées apparentes avec des joints gras, afin de souligner encore sa singularité, cette partie est plus haute que le reste de la façade, elle est bâtie jusqu’à la moitié des combles et protégée par une couverture à deux versants fermée par un fronton triangulaire en lauze, comme le reste de la toiture.

Ainsi il reçoit un traitement qui l’apparente aux lucarnes créées sur le toit, tout en recréant presque la silhouette de la tour d’escalier disparue, Lemaigre crée une terrasse qui fait tout le tour de l’ancien manoir, comme celui-ci est surélevé par rapport au parc, pour y accéder, l’architecte crée un grand escalier extérieur formé d’une petite volée droite qui descend jusqu’à un repos d’où partent deux volées divergentes, le perron comme l’escalier étaient initialement hérissés de balustrades claires, le tout a depuis été remanié par les actuels propriétaires qui ont allégé un ensemble un peu trop chargé à leur goût.

L’agrandissement le plus important est la création d’une grande aile rectangulaire, perpendiculaire au manoir d’origin, elle flanque la petite façade nord-est, en formant une saillie à l’avant comme à l’arrière du corps de logis, cette aile est plus haute que le reste de la construction puisqu’elle est constituée de trois étages plus des combles hauts, la partie ancienne, cernée, semble un peu écrasée entre la tour et le nouveau bâtiment qui la domine d’un étage, l’aile du XXe siècle dispose d’un escalier qui lui est propre, pour accéder au dernier étage de la tour il faut certainement traverser les combles.

La nouvelle partie abrite au rez-de-chaussée la salle à manger et les pièces réservées au service, au premier, et sans doute au deuxième étage, des chambres, ces salles sont reliées à l’ancien corps de logis par de larges ouvertures, pour passer du vestibule à la salle à manger, on emprunte une des deux portes placées dans les percements de forme rectangulaire creusés dans l’épais mur extérieur du manoir.

À l’étage, la transition se fait plus discrète car intégrée dans le couloir qui dessert les chambres, les baies de la salle à manger, du vestibule, comme celles de la chambre du premier étage, dite "chambre Louis XIII" qui ouvre sur le parc, sont fermées par des vitraux, ils sont polychromes et utilisent des formes géométriques simplee, des losanges, des carrés ou des triangles.

Le rez-de-chaussée adopte la distribution habituelle pour ce type de réalisation, le vestibule au centre donne accès d’un côté au salon, et de l’autre à la salle à manger, le salon est ouvert sur la tour qui permet de se retirer dans un petit boudoir-bureau-bibliothèque, la salle à manger est, quant à elle, à côté des pièces de services, mais l’accès de la cuisine à cet espace de réception n’est pas direct.

Les domestiques utilisent des couloirs secondaires et un escalier de service pour se rendre dans les appartements des maîtres, à côté de la cuisine, il y a une petite annexe qui prolonge l’aile sur une petite surface, on gagne ainsi une pièce pour le service tout en créant une terrasse pour les pièces de l’étage, les décors sont très éclectiques, le vestibule est néo-gothique, chargé d’une ambiance martiale par des armes d’hast et des pièces d’armure, même le départ de la rampe de l’escalier d’honneur est couronné d’un heaume avec son panache, tandis que la salle à manger semble davantage tournée vers la Renaissance.

Pour le salon l’esprit du XVIII e siècle est conservé, exception faite toutefois de deux percements, une grande baie à croisillon et à deux meneaux de pierre est créée pour pouvoir jouir du paysage depuis l’intérieur, et, plus inhabituel dans l’œuvre de Lemaigre, le pan de mur au-dessus de la cheminée est percé et remplacé par une fenêtre, le vestibule reçoit du carrelage en grès céramique de Paray le Monial.

Le château est isolé de la route par une cour fermée par un muret sur lequel sont installées des grilles, l’enclos est fermé par un portail en fer forgé, la délimitation du parc est, elle, plus floue, indiquée par endroit par quelques haies et des clôtures.














-

-
Page précédente



Les partenaires : Liste des châteaux du Cantal - Les plus beaux châteaux dans le Cantal -

Châteaux du département du Cantal - Châteaux et Monuments du Cantal - Liste des châteaux du Cantal - Généanet Cartes postales -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Les vieux chateaux d'Auvergne. Contact Hébergeur : ovh.com
- -