En noir et blanc, les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.
Souvent perchés sur leur éperon rocheux, les châteaux dominent les vallées et offrent de superbes panoramas sur les alentours.

Les anciens châteaux d'Auvergne - Dans le Cantal, l'Allier, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme.










Accueil,
les châteaux d'Auvergne

Les vieux chateaux
Les anciens châteaux d'Auvergne
Dans le Cantal
Les châteaux :
- D'Alleuze
- D'Anjony
- D'Anterroches
- D'Apchon
- D'Aubijoux
- D'Aurouze
- D'Auzers
- D'Entraygues
- D'Escorailles
- D'Estang
- D'Estresses
- D'Oeillet
- D'Olmet
- D'Oyez
- D'Oze
- D'Ytrac
- De Bassignac
- De Bélinay
- De Berbezou
- De Bournazel
- De Branzac
- De Broussette
- De Caillac
- De Carbonat
- De Carlat
- De Celles
- De Chambres
- De Chanterelle
- De Chavagnac
- De Clavières à Polminhac
- De Clavières-Ayrens
- De Clavières à Velzic
- De Cologne
- De Cols
- De Comblat
- De Combrelles
- De Conros
- De Courbelimagne
- De Courdes
- De Couzan
- De Crèvecœur
- De Cropières
- De Fabrègues
- De Fargues
- De Faussanges
- De Ferluc
- De Fontenille
- De Fortuniers
- De Frayssinet
- De Jarriges
- De Jarrousset
- De la Bohal
- De la Bontat
- De la Borie
- De la Chassagne
- De la Cheyrelle
- De la Clidelle
- De la Force
- De la Garde
- De la Grillère
- De la Jordanie
- De la Moissétie
- De la Morétie
- De la Mothe
- De la Pachevie
- De la Pierre
- De la Plaze
- De la Prade
- De la Ribe
- De la Roche
- De la Roquenatou
- De la Trémolière
- De la Vigne
- De la Voulte
- De Labeau
- De Laborie
- De Lacam
- De Lachau
- De Lalaubie
- De Lamargé
- De Lamartinie
- De Laroque
- De Lascanaux
- De Lavendès
- De Lescure
- De Leybros
- De Ligonnès
- De Longevergne
- De Lugarde
- De Madic
- De Mardogne
- De Marzes
- De Massebeau
- De Mazerolles
- De Mercoeur
- De Merle
- De Messac Laroquebrou
- De Messac Reilhac
- De Messilhac
- De Miremont
- De Montal-lez-Arpajon
- De Montal
- De Montbrun
- De Montfort
- De Montlogis
- De Montsalvy
- De Montvallat
- De Murat-La-Rabbe
- De Murat
- De Naucase
- De Nozières-Soubro
- De Palmont
- De Parlant
- De Pénières
- De Pesteils
- De Peyrelade
- De Peyrusse
- De Pompignac
- De Pruns
- De Ragheaud
- De Reghaud
- De Rochebrune
- De Rochegonde
- De Rochemaure
- De Roffiac
- De Ruynes
- De Saint-Angeau
- De Saint-Chamant
- De Saint-Etienne-de-Chomeil
- De Saint-Gal
- De Saint-Pol de Nozières
- De Salles
- De Sédaiges
- De Sénergues
- De Solignac
- De Sourniac
- De Stalapos
- De Thinières
- De Trancis
- De Trémoulet
- De Turlande
- De Val
- De Valens
- De Vals
- De Varillettes
- De Vernières
- De Veyrières
- De Vieillevie
- De Viescamp
- De Vigouroux
- De Vixouze
- Des Huttes
- Des Ternes
- Du Poux
- Du Cambon
- Du Chassan
- Du Claux
- Du Couffour
- Du Doux
- Du Sailhant
- Du Trioulou
- Fort de Leybros
- Marguerite
- Ol Puech
- Saint-Etienne
Dans la Haute-Loire
Dans le Puy-De-Dôme
Et dans l'Allier
- - -
Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -

- - -

Les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.


Le château de Chanterelle, à Saint-Vincent-de-Salers dans le département du Cantal.




Période ou style
Médiéval
Type
Château
Début construction
XV èm siècle
Propriétaire actuel
La famille Eggert
Protection
Inscription MH, le 5 juin 1946
Commune
Saint-Vincent-de-Salers

Maison forte de plan rectangulaire, défendue au nord et à l'est par des échauguettes, couronnée par un chemin de ronde porté sur corbeaux, cet édifice représente un type de grande maison régionale.


Histoire

Au XVe siècle, le château de Chanterelle surveillait l'accès à la vallée du Mars, il dependait du prieuré de Fournols situé dans le Puy de Dôme, c'est un château de plan rectangulaire, défendu au nord et à l'est par des échauguettes, couronnée par un chemin de ronde porté sur corbeaux, au XIXe siècle, la famille de Scorailles était propriétaire de Chanterelle et le baron fut maire de Saint-Vincent de Salers.

Tombé en ruine, puis restauré au XXe siècle, l'édifice représente un type de grande maison régionale.

Année 1918. Christophe-Joseph, dit Eugène, est le dernier descendant de la Maison de Scorailles résidant à Chanterelle, dans lequel sa famille s'est installée, près de trois siècles plus tôt, le baron est raffiné, porté sur l'Histoire et nombre de ses recherches sont publiées dans la Revue de la Haute-Auvergne.

Après avoir vendu Chanterelle, il se retire chez sa sœur Geneviève, à Clermont-Ferrand et termine ses jours en 1931, au château de Malherbes, en Agenais.

Racheté par Jean Peyrac, Chanterelle passe par héritage à sa fille Julie-Marie, épouse Destour, le couple n'habite pas le château qui n'est occupé que par des locataires occasionnels ou des fermiers, faute de soin, la vieille bâtisse tombe peu à peu en ruines et la couverture de sa façade ouest finit par s'écrouler, livrée aux intempéries, la demeure qui a été la fierté du tant de nobles familles semble vouée à la disparition.

Il faudra attendre la fin des années 1950 pour que son destin bascule.

Hans-Gunther Eggert naît à Hambourg en 1928, sa famille, réfractaire à l'idéologie nazie, quitte l'Allemagne et s'installe à Nancy ou le jeune homme poursuit des études de chimie, obtient son doctorat et devient avocat en droit industriel.

Parmi ses amis, figure Marcel Martin, futur maire de Nancy, et c'est lui qui va faire connaître le Cantal à Hans-Gunther Eggert, en 1957, au cours d'une de leurs balades, dans la vallée du Mars, l'avocat découvre Chanterelle et tombe littéralement sous son charme, il l'achète, dans l'état, en 1962 et entreprend une restauration qui va durer six ans, s'appuyant sur les conseils avisés de Robert Dodinet, architecte des Bâtiments de France et sur le savoir-faire des artisans locaux.

Après la mise hors eau, la charpente est reconstruite à l'identique de l'ancienne par les frères Mathieu, menuisiers à Saint-Vincent-de-Salers et la toiture en lauze est posée par l'entreprise mauriacoise Treuille, le lourd travail de maçonnerie est confié à l'entreprise Mons, qui utilisera de la pierre de Volvic pour restaurer le chemin de ronde.

Si le docteur Eggert veut une réhabilitation respectant matériaux et techniques ancestrales, il n'en convient pas moins que Chanterelle doit bénéficier du confort moderne, autour du monumental escalier central, trois pièces vont conserver leur taille d'origine, le reste de la bâtisse sera séparé en neuf espaces plus restreints, pour la plupart équipés de salles de bain, une constante : ni câble, ni chauffage apparent, égard historique oblige.

Au fil des ans, à force de patience et de passion, la demeure tricentenaire a retrouvé tout son charme, a l'ombre de ses arbres majestueux, bercée par le doux murmure du Mars, elle dégage une irrésistible impression de sérénité, que même la sévérité de ses mâchicoulis n'arrive pas à entacher.


CHANTERELLE cité au XIVe siècle, au XVe siècle, le château de la famille de Chanterelle surveillait l'accès à la vallée du Mars, il dépendait du prieuré de Fournols situé dans le Puy de Dôme.

En 1470 passe par alliance à Delphine de Chanterelle épouse Antoine de Sailhans et au XVIe siècle passe par alliance aux Valens, Barbe de Valens apporte le château à Antoine de Tautal qui remanie le château, son fils Jean Tautal meurt en 1666, sa fille héritière Antoinette qui avait épousé en 1644 Jean de Scorailles.

Au XIXe siècle, la famille de Scorailles était propriétaire de Chanterelle et le baron fut maire de Saint-Vincent de Salers, transmise de génération en génération dans la même famille jusqu'en 1918 vendu à monsieur Jean Peyras et en 1950 vendu à la famille Eggert qui le possède toujours.

Chanterelle, remanié au XVIIe siècle, plus gentilhommière que château, de plan rectangulaire, d'aspect robuste dépourvue de tours de flanquement défendu au nord et à l'est par des échauguettes, couronnée par un chemin de ronde à mâchicoulis et meurtrières porté sur corbeaux et bretèches sur angle, tombé en ruine, puis restauré au XXe siècle, l'édifice représente un type de grande maison régionale avec toiture en croupes.














-

-
Page précédente



Les partenaires : Liste des châteaux du Cantal - Les plus beaux châteaux dans le Cantal -

Châteaux du département du Cantal - Châteaux et Monuments du Cantal - Liste des châteaux du Cantal - Généanet Cartes postales -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Les vieux chateaux d'Auvergne. Contact Hébergeur : ovh.com
- -