En noir et blanc, les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.
Souvent perchés sur leur éperon rocheux, les châteaux dominent les vallées et offrent de superbes panoramas sur les alentours.

Les anciens châteaux d'Auvergne - Dans le Cantal, l'Allier, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme.










Accueil,
les châteaux d'Auvergne

Les vieux chateaux
Les anciens châteaux d'Auvergne
Dans le Cantal
Les châteaux :
- D'Alleuze
- D'Anjony
- D'Anterroches
- D'Apchon
- D'Aubijoux
- D'Aurouze
- D'Auzers
- D'Entraygues
- D'Escorailles
- D'Estang
- D'Estresses
- D'Oeillet
- D'Olmet
- D'Oyez
- D'Oze
- D'Ytrac
- De Bassignac
- De Bélinay
- De Berbezou
- De Bournazel
- De Branzac
- De Broussette
- De Caillac
- De Carbonat
- De Carlat
- De Celles
- De Chambres
- De Chanterelle
- De Chavagnac
- De Clavières à Polminhac
- De Clavières-Ayrens
- De Clavières à Velzic
- De Cologne
- De Cols
- De Comblat
- De Combrelles
- De Conros
- De Courbelimagne
- De Courdes
- De Couzan
- De Crèvecœur
- De Cropières
- De Fabrègues
- De Fargues
- De Faussanges
- De Ferluc
- De Fontenille
- De Fortuniers
- De Frayssinet
- De Jarriges
- De Jarrousset
- De la Bohal
- De la Bontat
- De la Borie
- De la Chassagne
- De la Cheyrelle
- De la Clidelle
- De la Force
- De la Garde
- De la Grillère
- De la Jordanie
- De la Mothe
- De la Pierre
- De la Ribe
- De la Roche
- De la Trémolière
- De la Vigne
- De la Voulte
- De Laborie
- De Lalaubie
- De Lamartinie
- De Lescure
- De Ligonnès
- De Longevergne
- De Madic
- De Mardogne
- De Marzes
- De Mazerolles
- De Messilhac
- De Montal
- De Montbrun
- De Montfort
- De Montsalvy
- De Murat
- De Naucase
- De Palmont
- De Parlant
- De Pesteils
- De Roffiac
- De Ruynes
- De Saint-Chamant
- De Saint-Etienne-de-Chomeil
- De Saint-Gal
- De Salles
- De Sédaiges
- De Sénergues
- De Sourniac
- De Trancis
- De Val
- De Valens
- De Varillettes
- De Viescamp
- De Vigouroux
- De Vixouze
- Des Ternes
- Du Chassan
- Du Claux
- Du Couffour
- Du Doux
- Du Sailhant
- Du Trioulou
- Fort de Leybros
- Marguerite
- Ol Puech
- Saint-Etienne
Dans la Haute-Loire
Dans le Puy-De-Dôme
Et dans l'Allier
- - -
Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -

- - -

Les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.


Le château d'Escorailles, à Escorailles dans le département du Cantal.



 

Période ou style
Enceinte fortifiée
Type
Château fort
Début construction
VIII èm siècle
Fin construction
XIII èm siècle
Destination initiale
Oppidum, ville fortifiée d'époque romaine
Propriétaire actuel
La commune
Protection
Classé MH en 1978
Commune
Escorailles

Un castel mérovingien, une forteresse médiévale et un château du XVe siècle ont formé le paysage et traversé le temps, à Escorailles, près d’Ally.

Le château d'Escorailles est une ancienne enceinte fortifiée du Haut Moyen-Age.

Connu dans les chroniques du Moyen-âge sous le nom de 'Castrum Scorailhum', le château était considéré comme l'une des places fortes de l'Aquitaine, il a soutenu plusieurs sièges sous les rois Wisigoths, puis contre Pépin le Bref, qui le prit sur Waiffre, Duc d'Aquitaine, qui s'y état réfugié en 767.

Les Scorailles (Sooraille ou Soorrailles) le possédèrent jusqu'en 1540, date à laquelle François de Scorraille l'abandonna pour se retirer à celui tout proche de La Vigne.


Histoire, origines légendaires

Le castrum Scoralium était paraît-il cité dans la « charte de Clovis », donc dès l'an 500 environ, mais cette charte était un faux du xi e siècle ou xii e siècle cité par les moines de Mauriac pour faire valoir leurs droits, dans la "charte de Clovis" était inséré le Polyptyque de l'Abbaye Saint-Pierre-le-Vif-lès-Sens, datée du ix e siècle, dans lequel sont cités nombre de lieux des environs de Mauriac.

Le nom de Scorraille avait, dans la légende, pour origine Scaurius Aurelius, lieutenant de l'empereur Honorius (395-425), des historiens amateurs du xix e siècle ont cru reconnaître au bout de la prairie en contrebas du château de La Vigne un tumulus qui aurait été la tombe de ce général romain.

Le légat Marcus Aurelius Scaurus était consul en 110 avant Jésus-Christ (656 de Rome), une monnaie fut frappée à son nom, à la tête de légions romaines en Provence, que défirent complètement les Cimbres et les Teutons, il fut capturé vers Orange en -108, interrogé et tué.

Un Caius Aurelius Scaurus fut avant lui nommé préteur de la Sardaigne, il s'agit donc juste de l'exploitation astucieuse d'une assonance avec des noms de la gens Aurelia.


Description l'enceinte

Cette enceinte est attestée dès le viii e siècle, en effet Pépin le Bref, dans sa dernière campagne contre Waïfre, duc d'Aquitaine, vint en personne assiéger le castrum Scoralium, et s'en rendit maître dans l'automne 767.

Les ruines de l'enceinte fortifiée s'élèvent au nord-est et en contre-bas du village d'Escorailles, sur un éperon rocheux découpé par un profond méandre de l'Auze, à l'endroit nommé maintenant "La Trizague".

On peut encore distinguer plusieurs formes de retranchements, l'enceinte fortifiée qui date du Haut Moyen Âge a été classée monument historique par arrêté du 8 septembre 1978.


Histoire du château

Le château d'Escorailles, où est mentionnée la famille de Scorraille dès le xii e siècle, se distingue de cette enceinte, le site de l'enceinte fortifiée fut abandonné, et le château féodal se fixa plus haut où il donna naissance au village actuel d'Escorailles vers le xi e siècle.

À la suite de plusieurs siècles d'indivision, le château menaçant ruine, la forteresse est abandonnée au milieu du xvi e siècle au profit du château de La Vigne que la famille de Scorraille fait construire non loin de là sur un ancien corps de ferme, à Ally.

Aujourd'hui les ruines du château laissent encore apparaître d'énormes pans de murailles, les anciennes fortifications qui formaient un parallélogramme rectangle dont chaque angle était vraisemblablement terminé par une tour, une grosse tour est encore en bon état et une autre couverte de lierre.


Histoire d'Escorailles

Le petit bourg que l’on nomme Escorailles a longtemps porté le simple nom de Scorailles, du patronyme d’une innombrable et noble lignée, « C’est l’une des plus vieilles, des plus fortes et des plus illustres races d’Auvergne, et même du royaume », écrivait Bouillet dans son Nobiliaire d’Auvergne.

Ancienne, sans aucun doute, puisque Scorailles passe pour avoir été évoquée au plus lointain que remontent les chroniques, avant même que Carlat ne soit citée.

Des chroniques qui font remonter sa fondation au Ve siècle, par un lieutenant de l’empereur Romain Honorius, répondant au nom de Scaurius Aurelius, ce dernier aurait choisi le site pour en faire un poste gallo-romain stratégique de la plus haute importance.

760, Pépin le Bref envahit l’Aquitaine, qui couvre une bonne moitié sud de la France actuelle, pendant huit ans, il se heurte à la résistance des ducs qui la gouvernent et qui ont, avec le temps, établi une véritable ligne de fortification allant de Bourges à la Garonne, passant par Scorailles.

En 767, Pépin le Bref donne l’assaut et s’empare du castrum scorallium, l’arrachant à la possession du duc Waiffre (Gaifier), les fortifications, essentiellement composées de remparts de terre ajoutés aux dispositifs naturels de protection, sont rasées et Waiffre meurt un an plus tard, exécuté par le premier roi carolingien des Francs.

Certains textes laissent penser que les de Scorailles pourraient être descendants de Basolus, conte d’Auvergne et seigneur de Mauriac, dépouillé par Clovis à la faveur de l’abbaye Saint-Pierre de Vif.

En tout état de cause, le nom apparaît dès le début du Xe siècle, vers 930, en effet, Odon, abbé de Cluny, fait état d’un seigneur éponyme guéri d’une fièvre violente, on sait, par ailleurs que, de 1001 à 1013 un Raoul de Scorailles occupait un siège épiscopal à Périgueux.

Près d’Ally, un nouveau château a été édifié au dessus de l’ancien camp romain, véritable forteresse, il est composé d’un corps de logis rectangulaire, assorti de plusieurs grosses tours rondes dont l’une existe encore à ce jour.

La généalogie connue de la maison de Scorailles commence en 1030, avec Bégon 1er dont les fils vont s’illustrer, le 27 novembre 1095, le pape Urbain II préside le Concile de Clermont et y lance un vibrant appel aux chevaliers présents, un appel qui se solde par le départ de la Première Croisade, destinée à reprendre Jérusalem tombée aux mains des Infidèles.

Raoul et Guy de Scorailles sont de ces seigneurs hardis que rien n’effraie, ils partent donc et vont rapporter des précieux souvenirs, on leur doit, en effet, les chefs de Côme et Damien église de Brageac, mais également Notre-Dame de Claviers Moussages, Notre-Dame du château St-Christophe-les-Gorges et Notre-Dame de Murat-la-Rabbe.

A leur retour, en 1100, ils relèvent l’ancien lieu de culte de Saint-Til, à Brageac et y établissent des bénédictines, le lieu deviendra abbaye royale et abritera les reliques des deux frères, médecins et martyrs de leur foi.

A travers les siècles suivants, le nom de Scorailles va briller à de multiples reprises, il ne se perdra, pour cette branche, qu’en 1745, faute de descendance mâle.


Escorailles, par corruption Scorailles tire son nom d'un général romain, Scaurus Aurélius, qui selon les légendes serait à l'origine de sa fondation au v e siècle, Scorailles est une des localités les plus anciennement connues, le Castrum Scoralium est d'ailleurs mentionné dans la Charte de Clovis.

En 767, Pépin le Bref vint assiéger Waïfre, duc d'Aquitaine, au Castrum Scoralium, les ruines de celui-ci s'élèvent au nord-est et en contre-bas du village d'Escorailles, sur un éperon rocheux découpé par un profond méandre de l'Auze, on peut encore distinguer plusieurs formes de retranchements.

Le château de La Vigne, datant de la fin du xvi e siècle, a probablement été bâti avec beaucoup de matériaux de l'ancien château de Scorailles, c'est un magnifique spécimen de la fin de la Renaissance, il se compose principalement de deux tours rondes et d'une carrée avec créneaux et mâchicoulis, d'autres corps de logis plus récents y sont adossés.


Site wikipedia, Château d'Escorailles.














-

-
Page précédente



Les partenaires : Liste des châteaux du Cantal - Les plus beaux châteaux dans le Cantal -

Châteaux du département du Cantal - Châteaux et Monuments du Cantal - Liste des châteaux du Cantal - Généanet Cartes postales -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Les vieux chateaux d'Auvergne. Contact Hébergeur : ovh.com
- -