En noir et blanc, les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.
Souvent perchés sur leur éperon rocheux, les châteaux dominent les vallées et offrent de superbes panoramas sur les alentours.

Les anciens châteaux d'Auvergne - Dans le Cantal, l'Allier, la Haute-Loire, le Puy-De-Dôme.










Accueil,
les châteaux d'Auvergne

Les vieux chateaux
Les anciens châteaux d'Auvergne
Dans le Cantal
Les châteaux :
- D'Alleuze
- D'Anjony
- D'Anterroches
- D'Apchon
- D'Aubijoux
- D'Aurouze
- D'Auzers
- D'Entraygues
- D'Escorailles
- D'Estang
- D'Estresses
- D'Oeillet
- D'Olmet
- D'Oyez
- D'Oze
- D'Ytrac
- De Bassignac
- De Bélinay
- De Berbezou
- De Bournazel
- De Branzac
- De Broussette
- De Caillac
- De Carbonat
- De Carlat
- De Celles
- De Chambres
- De Chanterelle
- De Chavagnac
- De Clavières à Polminhac
- De Clavières-Ayrens
- De Clavières à Velzic
- De Cologne
- De Cols
- De Comblat
- De Combrelles
- De Conros
- De Courbelimagne
- De Courdes
- De Couzan
- De Crèvecœur
- De Cropières
- De Fabrègues
- De Fargues
- De Faussanges
- De Ferluc
- De Fontenille
- De Fortuniers
- De Frayssinet
- De Jarriges
- De Jarrousset
- De la Bohal
- De la Bontat
- De la Borie
- De la Chassagne
- De la Cheyrelle
- De la Clidelle
- De la Force
- De la Garde
- De la Grillère
- De la Jordanie
- De la Mothe
- De la Pierre
- De la Ribe
- De la Roche
- De la Trémolière
- De la Vigne
- De la Voulte
- De Laborie
- De Lalaubie
- De Lamartinie
- De Lescure
- De Ligonnès
- De Longevergne
- De Madic
- De Mardogne
- De Marzes
- De Mazerolles
- De Messilhac
- De Montal
- De Montbrun
- De Montfort
- De Montsalvy
- De Murat
- De Naucase
- De Palmont
- De Parlant
- De Pesteils
- De Roffiac
- De Ruynes
- De Saint-Chamant
- De Saint-Etienne-de-Chomeil
- De Saint-Gal
- De Salles
- De Sédaiges
- De Sénergues
- De Sourniac
- De Trancis
- De Val
- De Valens
- De Varillettes
- De Viescamp
- De Vigouroux
- De Vixouze
- Des Ternes
- Du Chassan
- Du Claux
- Du Couffour
- Du Doux
- Du Sailhant
- Du Trioulou
- Fort de Leybros
- Marguerite
- Ol Puech
- Saint-Etienne
Dans la Haute-Loire
Dans le Puy-De-Dôme
Et dans l'Allier
- - -
Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -

- - -

Les anciens et vieux châteaux d'Auvergne.


Le château d'Aurouze, à Molompize dans le département du Cantal.




Période ou style
Médiéval
Type
Château fort
Début construction
XIV èm siècle
Fin construction
XV èm siècle
Destination initiale
Château fort
Propriétaire actuel
Commune de Molompize
Protection
Inscrit MH en 1972
Commune
Molompize

Le château d'Aurouze est un ancien château fort, il surplombe le village du même nom dans la commune de Molompize.

La Forteresse d'Aurouze, datant du XIVème siècle, appartenait à la lignes des châteaux forts qui gardaient la vallée de l'Alagnon, dressé sur la Via Arverna, Chemin de Saint Jacques de Compostelle, il témoigne des croyances des seigneurs locaux, par la présence d’un blason en clef de voûte de la pièce au rez de chaussée de la tour, sur lequel figurent 6 coquilles.

Château en ruines et site sécurisé avec chemin d'accès signalé et entretenu.


Les propriétaires

Le site d’un castrum Aurosa est mentionné dès le début du XI siècle, il fut construit par un certain Itier.

Les premiers possesseurs du château d’Aurouze sont, au début du XIe siècle, les Rochefort d’Aurouze dont plusieurs prirent part aux croisades, un membre de cette famille, Pons de Rochefort fut le septième évêque de Saint-Flour, de 1374 à 1383.

Son neveu Béraud, mort en 1382 ne laissa qu’une fille qui apporta la seigneurie d’Aurouze à la maison de Courcelles par son mariage avec Henri-Robert de Courcelles.

Louis de Courcelles époux d’Alix d’Aurillac dame de Conros fut bailli des montagnes d’Auvergne et chambellan de Charles VII et grand officier de la couronne.

Il perd ce titre en 1433 pour indignité, condamné à mort par contumace sa peine est commuée en confiscation de biens et bannissement perpétuel.

Aurouze fit aussi les frais de la querelle des Armagnacs contre Bourguignons et passa ainsi aux familles D’Urfé puis plus tard, successivement, aux familles de Bouillé, de la Vernède et aux Gillet d’Auriac qui le possédaient à la révolution et le laissèrent tomber en ruines.


Le château

Le château fut rasé en 1306, son possesseur étant alors Bertrand II de Rochefort d’Aurouze, en 1309, le roi Philippe-le-Bel l’autorisait à le reconstruire, de cette reconstruction datent le cœur de logis et sa tourelle d’escalier qui nous sont parvenus.

Vers 1430 les défenses du Château furent considérablement augmentées par la construction de la grosse tour du Sud qui est l’œuvre de Louis 1er de Courcelles comme le montre le blason de la clef de voûte de la salle du rez-de-chaussée.

Enfin le château fut durant le XVe siècle, adapté à l’usage de l’artillerie à feu par l’ouverture de canonnières dont il reste deux témoins près de la grosse tour.

La forteresse d’Aurouze tirait sa force défensive du fait de sa situation, entourée qu’elle était, par de profonds escarpements, elle appartenait à la ligne des châteaux forts qui gardaient la vallée de l’Alagnon avec ceux de Chalès, Merdogne, Cheylat, Bonnevie.

Une première campagne de blocage des ruines et de restauration a eu lieu en 2004, reconstitution de la façade Sud-Est et déblaiement partiel de la salle basse, mise en place d’une protection pour le sommet du donjon.


Description

Actuellement en ruines, le château domine le village d’Aurouze, ce sont les restes de la construction de Bertrand de Rochefort d’Aurouze initiée en 1309 avec l’autorisation de Philippe le Bel, la façade est élancée et percée de fenêtres à meneaux et croisillons, elle est flanquée d’un donjon et d’une tourelle, l’ensemble se termine par une terrasse en éperon.

On distinguait il y a encore une cinquantaine d’années une vaste salle au rez-de-chaussée, dans celle-ci figuraient le casque des Bouillés avec à côté les armes des Rochefort d’Aurouze, « sur champ de gueule, trois fasces d’argent, chargées chacune de losanges d’azur, trois, trois, et deux », à droite figuraient celles des Astorg d’Orlhac, « sur champ d’azur, la bande d’or, accompagnée de six coquilles d’argent, placées en orle ».

Le blason que Louis de Courcelles écartela avec celui des Rochefort d’Aurouze était sculpté dans la pierre à la clef de voûte, partie mi-coupée au canton dextre de chef « les losanges d’Aurouze », au canton dextre de pointe « les fusées en fasces » des Courcelles, à senestre « les coquilles » d’Orlhac ».

La construction du château est entreprise à partir de 1309, par autorisation de Philippe Le Bel, et s'étend jusqu'au 15e siècle, les vestiges visibles présentent, au sud, une façade entre deux tours circulaires, la tour ouest représentait le donjon, celle de l'est renfermait l'escalier à vis qui desservait les étages, la façade est arrasée à hauteur des fenêtres du deuxième étage, la façade nord est complètement ruinée, les murs Est et ouest le sont en partie.

Le château devait affecter un plan rectangulaire, avec une tour à chaque angle, la salle du second étage du donjon présente un plan hexagonal et est couverte d'une voûte d'ogives profilées de trois cavets superposés de part et d'autre d'un méplat, rayonnant en six branches d'une clef saillante, et retombant en pénétration dans les angles.

A la partie supérieure des murs de cette salle régnait une frise héraldique peinte, aux blasons présentés dans des médaillons au cadre de branches de feuillages.


Histoire du château

- Au 9ème siècle, le lieu est cité dans un texte.

- Au 11ème siècle, il semble qu'un premier château soit construit sur le site par la famille Rochefort.
- Au 14ème siècle en 1306, Bertrand de Rochefort se livre à des actes de pillage, la justice Royale le condamne à mort et fait raser le château.

- En 1320, un nouveau château est construit.

- En 1374, Poncet de Rochefort d'Aurouze, fils cadet de la famille devient évêque.

- Vers 1430, avec l'amélioration des armes et surtout l'invention des premières armes à feu, le château est modifié, Louis Ier de Courcelles fait construire la grosse tour avec fentes pour arquebuse.

- Au 16ème siècle, le château semble aménagé pour donner plus de confort à ses hôtes.

- Au 20ème siècle, le château appartient à la commune.

- En 1972, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

- Et au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite.


Histoire, au XIIIe siècle

Le 10 mai 1295 les damoiseaux Chatard et Guillaume de Saint Germain établissent une transaction avec Bertrand de Rochefort, ce dernier était le mari de Françoise Belière, veuve d'Ancel de Saint Germain.


Histoire, au XIVe siècle

Bertrand de Rochefort, fils d'Ithier, seigneur de Mardogne, était seigneur d'Aurouze, sa sœur Françoise apporta en dot le château de Mardogne à la famille de Bréon vers 1240 par son mariage avec Maurin, seigneur de Lugarde.

Béraud de Rochefort d’Ally, fils d'un autre Bertrand et de Guérine de Dienne, épousa après 1374 Marguerite de Châteauneuf d'Apchier dont il n'eut pas de descendants, à cette époque, Aurouze appartenait aux Lastic.

Ils se le firent ravir en 1383 par Aymerigot Marchès, un bandit du parti anglais, qui en fit son repaire et le centre de toutes ses exactions dans le pays, le bandit accepta de le vendre 500 florins à Jean III d'Armagnac (1359-1391), vicomte de Murat et de Carlat, il s'en repenti car il tirait plus de 20 000 livres par an de ses pillages.


Histoire, au XVe siècle et après


- Louis de Courcelles, qui épousa vers 1445 Alix d'Orlhac, héritière de Conros, fille d'Aymeric et de Flore d'Estaing, qui lui donna un seul fils :

- Louis II de Courcelles, seigneur d'Aurouze et de Conros, qui fut nommé bailli des Montagnes Auvergne (Haute Auvergne) par le roi Charles VII, il passa un contrat de mariage le mardi 12 janvier 1462 avec Isabeau de Langeac âgée de treize ans, fille émancipée de Jacques et de Marie de Clermont-Lodève.

Le couple n'eut pas d'enfants, il fit de son épouse l'héritière de tous ses biens, le frère de Flore, Jean d'Estaing, coseigneur de Cheylade, attaqua en 1476 le testament.

- À cette date les terres de Louis II de Courcelles mort sans héritier furent confisquées par le roi Louis XI qui les donna à son capitaine Jean d’Urfé, seconde époux d'Isabeau de Langeac, le fils de ce dernier, François d’Urfé, seigneur d’Aurouze et de Conros, parti guerroyer en Italie, il mourut à Pavie en 1525, sa sœur Anne hérita du château.

- Anne épousa Gaspard de Bouillé du Charriol le 3 juillet 1493, cette vieille famille originaire du comté du Maine avait fait souche dans le Brivadois depuis le xi e siècle et comptait parmi les chefs de la noblesse de la province d’Auvergne.

- Le château ne restera pas en possession de cette famille jusqu’à la fin de la monarchie, il fut enlevé à Rose de Lignerac, veuve de François de Bouillé par la famille des La Vernède, à l’époque de la Révolution il fut racheté par les Gillet d’Auriac et fut brulé et pillé pendant la Révolution.

- Georges de Bussac et Jean Rieuf se sont efforcés de faire inscrire le site du château d’Aurouze à l’inventaire des sites, ils y parvinrent le 8 mai 1968.


Sites et liens, Château d'Aurouze, Château féodal et ruine médiéval.














-

-
Page précédente



Les partenaires : Liste des châteaux du Cantal - Les plus beaux châteaux dans le Cantal -

Châteaux du département du Cantal - Châteaux et Monuments du Cantal - Liste des châteaux du Cantal - Généanet Cartes postales -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Les vieux chateaux d'Auvergne. Contact Hébergeur : ovh.com
- -