En noir et blanc, des métiers racontés par leurs ouvriers.
- -
Des métiers racontés - Le vannier, le hottier, le jouguier, le galochier, le sellier-bourrelier, les perleuses, le dinandier, le saigneur, les potiers de terre, les charrons.










Accueil,
des métiers racontés

Des Métiers Racontés
Introduction, avant-propos
Le vannier de Collandres
Le hottier de Queillette
Le jouguier de la Croix Saint-Martin
Le galochier de Langeac
Le sellier-bourrelier d'Aurillac
Les perleuses de Margeride
Le dinandier d'Aurillac
Le saigneur de Moissat-Bas
Les potiers de terre de Ravel
- Un artisanat chargé d'histoire
- Une longue dynastie de potiers
- L'extraction et la préparation de l'argile
- Le tour du potier
- Le façonnage de la poterie
- Entre tour et four
- Du four à bois au four électrique
- L'enfournement
- La cuisson
- Les glaçures
- La poterie, un gagne pain
- La marque de l'artisan
- Potier un art de vivre
Les charrons d'Auvergne et du Bourbonnais
 
- - -
Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Le Cantal en images
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
- -

Chris Art Création
des jouets en bois

- -
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Des métiers racontés par leurs ouvriers.


Les potiers de terre de Ravel, le tour du potier.


L'atelier du père Chanet est un vaste rectangle prenant lumière par deux larges baies. Dans deux angles contre ces baies, deux tours étaient installés pour Prosper et Jean le père. Il n'en reste aujourd'hui plus qu'un, l'autre ayant été démonté pour faire la place d'un magasin d'exposition et de vente. Celui qui subsiste a au minimum 60 ans et il mérite une description détaillée.

- L'emprise au sol est importante, 1,91 m en largeur sur 2,10 m de longueur. Le bâti du tour est un assemblage très solide de montants, de traverses et de planches mortaisés entre eux et prenant appui dans le sol et les murs par scellement. Une estrade basse située contre la fenêtre permet au potier d'accéder à son banc. Une estrade à moyenne hauteur située derrière le banc sert à stocker du matériel, moules en plâtre, etc...

- Le banc est une planche inclinée à 60° sur l'horizontale. Un espace vide sert de logement à l'artisan et sépare le banc de la table. Celle-ci est un vaste plateau où l'ouvrier peut poser ses accessoires et outils. Deux longues étagères surélevées par rapport à cette table servent à entreposer les poteries terminées, avant qu'elles n'aillent au séchage.

- Le tour proprement dit est constitué par la tête du tour ou girelle, l'axe vertical, la pédalo, deux roues de bois et un mécanisme de transmission. Le fonctionnement est le suivant.

- Le pied imprime à la pédale un mouvement de va-et-vient horizontal, grâce au balancier fixé à l'avant.

- La manivelle transforme ce va-et-vient en  mouvement circulaire sur le volant arrière.

- Cette rotation est transmise à la roue avant par deux poulies et une courroie de cuir.

- La roue de volée accumule l'énergie comme un volant d'inertie, et fait tourner un axe vertical solidaire de la girelle.

- Ce mécanisme, pour diminuer les frottements, comprend, un coussinet de laiton enserrant l'axe, au-dessous de la girelle et deux crapaudines supportant les axes des roues. Ces points de friction doivent être huilés de temps à autre. Mais c'est souvent que la manivelle frotte un peu, cette musique familière est agréable à la potière.

- Les deux roues sont en bois et doivent avoir deux qualités, le poids et la résistance au voilage. Pour obtenir celles-ci on a boulonné deux plateaux dont les fibres se contrarient selon un angle droit. Chaque plateau est formé de plusieurs planches assemblées par feuillure et clé.

- Ce tour à pédale constitue une amélioration importante par rapport au tour à simple roue de volée lancée par le pied. Il est utilisé en Limousin où Maurice Robert le signale à Gouzon (Creuse). La photo qu'il donne montre un mécanisme semblable au tour de Ravel, sauf la roue arrière qui est à rayons métalliques au lieu d'être en bois plein.

Les avantages de ce tour sont.

- Une plus grande régularité dans la rotation, liée elle-même à la régularité du balancement de la jambe.

- Une plus grande liberté de pensée du potier, débarrassé du souci de relancer périodiquement sa roue.

- Une meilleure souplesse dans la vitesse de défilement de la girelle, le freinage comme l'accélération étant facilités par le système bielle-manivelle.

- Michèle Bénard, consciente de ces qualités, a conservé le tour de son grand-père. L'idée d'acheter un tour électrique ne l'a même pas effleurée.

- La vitesse de tournage n'est pas très élevée car l'argile est plastique et les mains « graissées ». Il faut cependant noter que l'impulsion transmise au tour par le pied dépend de l'importance de la poterie réalisée. Celle-ci est fonction du poids d'argile mis en oeuvre, donc des frottements qui lui seront appliqués.

- Enfin notons cette évidence, le tour du potier travaille selon un axe vertical à l'inverse des tours à bois ou à métaux.













-


Chris Art, création
artisanale
de jouets en bois


-




-

Page précédente


Les partenaires : Chris Art, création artisanale de jouets en bois - Les Métiers de nos Ancêtres - Métiers anciens - Liste des anciens métiers -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des métiers racontés - Le vannier, le hottier, le jouguier, le galochier, le sellier-bourrelier, les perleuses, le dinandier, le saigneur, les potiers de terre, les charrons. Contact Hébergeur : ovh.com
- -